Habitation

Assurance locataire : comment sauver les meubles à peu de frais

Quoi de plus excitant que de déménager dans un nouvel appartement?  Par contre, la joie peut vite tourner au cauchemar si vous n’avez pas d’assurance appropriée…

Règles et recommandations : ce qu’il faut savoir

L’assurance habitation n’est pas obligatoire pour tous, au Québec. Selon les estimations, un quart des Québécois n’a pas d’assurance locataire. Si les propriétaires d’un condo ou d’une maison détenteur d’une hypothèque ont l’obligation de s’assurer adéquatement à la demande de l’institution financière, il en va autrement des locataires. Néanmoins, contracter une assurance, même en location, est fortement recommandé, ne serait-ce que pour vous garantir une protection en ce qui a trait à la responsabilité civile. Souscrire à une assurance invalidité est également une excellente idée qui vous évitera bien des soucis lorsque viendra le temps de payer votre loyer, en cas d’arrêt de travail causé par un accident ou une maladie.

Des produits d’assurance adaptés à vos besoins

Un contrat d’assurance locataire-occupant peut être souscrit auprès de votre représentant en assurance de dommages. Ce dernier se fera un plaisir de vous expliquer les différents produits disponibles. Peu importe votre choix, l’ensemble des contrats couvrent l’incendie, les biens que vous possédez (avec ou sans valeur à neuf), ainsi que la responsabilité civile. Bien sûr, d’autres protections, exclusions ou limitations peuvent se greffer au contrat…

L’assurance des biens

Lors de la soumission, vous serez amené à déterminer le montant d’assurance que vous désirez recevoir en cas de pépin. Habituellement, l’assureur impose un montant minimal, mais celui-ci peut être majoré à votre demande. Cette protection vise à couvrir la valeur de vos biens, tels que vos meubles, votre linge, votre brosse à dents, etc.

Les contrats d’assurance ont ce qu’on appelle des limitations. Cela veut dire que certains items sont couverts, mais avec un montant limite. Par exemple, les vélos. Ceux-ci sont couverts par le contrat de base, mais l’assureur va limiter le montant payable en cas de perte. Il est donc possible pour la plupart de vos biens de valeurs de les assurer spécifiquement, c’est-à-dire de les couvrir en fonction leur valeur réelle, moyennant une surcharge.

Certains biens que vous détenez peuvent également être assortis d’exclusion au contrat d’assurance. Si nous prenons à nouveau le vélo, un bris durant son utilisation est exclu.

Pour éviter les mauvaises surprises, lisez toujours attentivement votre contrat d’assurance, libellé inclus, et ce, dès la réception de vos documents.

L’assurance de responsabilité civile

L’article 1457 du Code civil du Québec indique que tout citoyen a l’obligation légale de ne pas nuire aux autres. Si, toutefois, par négligence ou par manque de prudence, vous causez des dommages corporels, matériels ou moraux à autrui, votre assurance en responsabilité civile peut alors vous protéger.

Des précautions pour éviter la faillite en cas de pépin

En tant que locataire, cette protection prend tout son sens si vous avez la malchance de causer un incendie, et que l’immeuble est endommagé.  Dans ce cas précis, l’assureur du bâtiment prendra soin de tout réparer ou reconstruire, mais la facture finale sera envoyée au responsable des dommages, c’est-à-dire vous!

Si vous habitez dans un duplex, il est fort possible que votre protection soit suffisante. Par contre, si vous logez dans un immeuble de 400 unités et que le quart est détruit par le feu, c’est plus problématique. Sans protection en responsabilité civile, vous devrez payer cette somme à partir de vos économies. Ainsi, en cas de dommages majeurs, il est fort probable que vous ne serez pas en mesure de rembourser la somme. Vous devrez alors déclarer faillite. Lorsque vous détenez un contrat d’assurance, il vous suffit de remettre la facture à votre assureur, et celui-ci s’occupe de rembourser la facture pour vous.

Une responsabilité (et une protection!) qui vous suit partout dans le monde

Si cette menace plane entre les murs de votre maison, elle demeure bien réelle lorsque vous vous envolez vers d’autres pays. Le cas suivant en est un bon exemple. Une dame se rend en Chine pour un voyage d’affaires. Sur place, elle loge dans un hôtel luxueux, garnie de superbes tapis perses blancs. Un soir, par malheur, elle fait tomber le pot de fleurs de la table basse, et l’eau de couleur rougeâtre se répand sur le beau tapis blanc. L’assureur de la dame a donc pris en charge le montant nécessaire au rachat dudit tapis, une facture s’élevant à 6 800 $! Sans contrat d’assurance, parions que cette somme aurait fait un trou dans son budget!

Un exemple parmi tant d’autres, mais qui nous fait prendre conscience de l’importance capitale de cette protection somme toute, peu coûteuse. La majorité des contrats vous offriront un montant de 2 000 000 $ en protection, mais sachez qu’il est possible d’obtenir un montant plus élevé auprès d’assureurs spécialisés. Et la bonne nouvelle, c’est que cette protection ne comporte aucune franchise à débourser de votre part.

Ainsi, bien qu’aucune loi n’oblige le locataire à souscrire à un contrat d’assurance, consacrer une infime partie de votre budget à cette protection est une judicieuse décision qui pourrait vous faire économiser beaucoup d’argent… et de soucis!

 

luc ferland Luc Ferland
Courtier en assurance de dommages des particuliers

 

Avis Légaux